7 Conseils Pour Conomiser Sur La Terre

Un site wordpress en lsf Le grand bêtisier de traction lloyd

En vertu de "l'opacité" s'enregistrant des marchés financiers l'information "primaire" négative sur l'état des affaires dans la sphère valjutno-financière intensifie rudement le risque supplémentaire des investissements, et le niveau du rendement tombe qu'accélère inévitablement la sortie du capital. Autrement dit, dans les conditions de la crise commencée "la transparence" insuffisante des finances engendre le multiplicateur supplémentaire de l'accroissement du risque.

Le ralentissement des volumes du commerce extérieur et les rythmes de la croissance économique que, en premier lieu, concerne les pays directement embrassé par la crise. En moyenne la taux de change effective dans les pays d'OESR, en prenant en considération la structure du commerce, a diminué de 6 %.

L'expérience du développement des crises valjutno-financières des pays Central et l'Amérique latine, ainsi que dans les pays asiatiques témoigne de ce que dans l'immense majorité les cas l'affluence intense du capital étranger précédait la crise. Une haute part du capital étranger dans le financement des investissements crée un haut risque de l'apparition de la crise en cas de son reflux du pays.

L'épuisement des possibilités du type donné du développement extensif industriel a commencé à se manifester dans la réduction rude des rythmes de l'augmentation de la productivité et l'efficacité des investissements. On observait ces derniers temps la dépendance distinctement exprimée entre le dynamisme des investissements et la construction, tandis que la dépendance aussi précise entre le dynamisme des investissements et la production industrielle manquait. La crise déployée dans les nouveaux pays industriels de l'Asie, témoigne de la nécessité de la reconstruction sérieuse structurale et le passage vers principalement formes intenses de la croissance économique.

La chute des prix des actifs de fonds et la dévaluation des devises des nouveaux pays industriels se sont faite sentir l'état des bourses des valeurs aux États-Unis et d'autres pays développés étroitement liés par les relations commerciales et financières avec la région donnée. Et quand même les procès de crise sur les marchés de fonds des pays industriellement développés se sont trouvés beaucoup moins destructifs, que dans les pays entrant dans le groupe emerging markets.

Avec le déploiement de la crise financière et le reflux cyclique du capital des nouveaux pays industriels de l'Asie Du sud-est la faille des actions acquiert l'effet cumulatif provoquant l'effondrement de la bourse des valeurs. D'autre part le rapatriement des moyens, à son tour, contribuait à l'accroissement de la crise de change.

Le problème de la liquidité des marchés secondaires des titres est lié au développement insuffisant du réseau grand market-mejkerov. Par la base pour le maintien de l'activité de marché est le développement intense du réseau de dealer, l'organisation du marché et les mécanismes de "la fenêtre d'escompte".

Le développement des phénomènes de crise dans les pays "des deuxièmes et troisièmes échelons" le développement industriel dans les formes particulièrement aiguës est découvert dans la sphère financière. D'autre part, telles crises financières, comme témoigne l'expérience des dernières décennies, se déploient invariablement à la réduction rude des rythmes de la croissance de la production industrielle (ou la chute directe des échelles absolues des productions. À la base de telles crises sont avant tout les conflits intérieurs de celui-là comme l'industrialisation, qui a reçu la diffusion dans les pays de l'Asie Du sud-est.

La protection de la devise surestimée en présence d'un haut déficit en cours qu'entraîne inévitablement la perte des réserves, l'aggravation des problèmes de la liquidité et le gonflement correspondant de l'endettement des instituts des finances;

Et quand même une nouvelle étape de la montée économique peut retrouver la base réelle seulement alors, quand il y aura des conditions économiques pour l'accroissement de la production dans les nouvelles branches se trouvant dans les phases montant des cycles correspondants de branche et quand se dessinera la tendance à une nouvelle affluence de vigueur des capitaux.